VAUX LE VICOMTE

 

DSC 7498DSC 7436DSC 7553 

Le château de Vaux est l'oeuvre d'un homme : le lieu, l'architecte, les peintres, les jardiniers, Nicolas Foucquet s'en est réservé le choix.

Pour mener à bien son projet, il fait appel à trois hommes de sa génération, "les 3 L" :

Louis le vau peinture 225x265

l'architecte Louis Le Vau,

Charles le brun 225x280

le peintre décorateur Charles Le Brun,

André Le Nôtre 225x297

le jardinier paysagiste André Le Nôtre.

Sur ce vaste espace, serait né le premier jardin "à la française".

DSC 7484DSC 7488DSC 7536DSC 7529

DSC 7540DSC 7551DSC 7494DSC 7493

Composant avec la nature et l'espace, André Le Nôtre offre au maître des lieux bien plus qu'un jardin d'agrément : un "jardin-illusion" qui se révèle et se transforme au fur et à mesure de la promenade.

Cinq ans ont été nécessaires pour le bâtir sur une petite seigneurie achetée en 1641, au confluent de deux vallons. Cinq cents hectares ont été dégagés en rasant l'ancien château, le village de Vaux et deux hameaux voisins. Bâtiments, jardin, cascades s'organisent autour d'un axe d'un kilomètre et demi du nord au sud.

DSC 7439DSC 7448DSC 7452DSC 7455DSC 7456

 DSC 7460DSCN2077DSC 7468

DSCN2083DSCN2081DSCN2082DSC 7470

DSC 7511DSC 7517DSC 7520DSC 7523DSC 7524

 DSCN2075DSCN2076DSCN2092molière1 225x290DSC 7521

Maison à son image, ouverte aux gens d'esprit, encore un peu Louis XIII et déjà classique, elle fut à la fois l'objet de son bonheur, le signe de sa réussite, son chef-d'oeuvre... Il lui a tout donné, y compris sa liberté.

DSC 7474DSCN2086

La montée au dôme 

 

 

 

DSC 7561DSC 7562DSC 7565DSC 7569

Le musée des équipages

 

DSC 7513

 DSC 7519

"C'était une terre que je considérais comme mon établissement principal où je voulais laisser quelques marques de l'état où j'avais été."

Nicolas Foucquet, naguère surintendant des Finances du royaume, trace ces lignes dans la prison qu'il ne quittera plus jamais.

 DSC 7530

 

 

MARCHE AUX PUCES DE SAINT-OUEN

 

DSCN2048 

DSC 7394

DSC 7392

 DSC 7402

DSC 7391

DSCN2041

Après la guerre de 1870, les chiffonniers repoussés hors de Paris par souci d'hygiène, s'installent entre les fortifications et les premières maisons de Saint-Ouen. Des baraques foraines, des guinguettes, des roulottes de gitans et des jardins maraîchers constituent la toile de fond de cette "zone" caractérisée par l'insalubrité et la pauvreté.

En 1891, un droit de stationnement est demandé aux marchands qui déballent sur les trottoirs tous les dimanches.

En 1908, le métro dessert cette "Foire aux Puces" qui, popularisée par la presse, remporte un énorme succès.

A partir de 1920, les "Puces" se sédentarisent.

DSC 7397

Les marchés Vernaison (1920), Malik (1921), Biron (1925), puis Vallès (1938) sont créés.

Après la seconde guerre mondiale, les ferrailleurs et les chiffonniers disparaissent peu à peu pour laisser place à des brocanteurs et des antiquaires ainsi qu'à des marchands de vêtements.

Depuis 2001, les "Puces" sont protégées au titre du patrimoine pour leur ambiance spécifique.

DSC 7372DSC 7380DSC 7384DSCN2035DSCN2040DSCN2045DSCN2038DSCN2056

DSCN2044

DSC 7386DSCN2060 DSCN2034DSCN2057DSC 7400

DSCN2049DSCN2052DSCN2061DSCN2054  

DSCN2064DSC 7410DSC 7411 

Le Marché aux Puces regroupe aujourd'hui 15 marchés dotés d'une offre et d'une ambiance uniques. Véritable carrefour de l'art regroupant antiquaires, commerçants, créateurs, designers, artisans et artistes, chargé d'histoire, le Marché aux Puces est également un puissant site économique.

Le street art du Marché aux Puces :

DSC 7363DSC 7365DSC 7370

DSC 7407DSC 7388DSC 7387DSC 7404

DSCN2068   

DSCN2067 

DSC 7413

 

 

 

 

 

GARDE RÉPUBLICAINE

SALPÊTRIÈRE

Garde Républicaine 

DSCN1983DSCN1988DSC 7251 DSCN1981

La Garde Républicaine, commandée par un général de division, comprend deux régiments d'infanterie, un régiment de cavalerie, un état-major et des formations musicales.

DSCN1973DSC 7257

Reconnaissable à son grand uniforme de prestige, le Garde Républicain est l'une des figures les plus emblématiques de la capitale. Il est appelé à servir principalement en qualité de fantassin ou de cavalier. Il assure la sécurité de la Présidence de la République, des grands Palais nationaux, est chargé des services d'honneur au profit des plus hautes autorités de l'Etat et des chefs d'Etat étrangers en visite officielle en France. Outre sa mission de protocole, il assure une présence opérationnelle dans Paris, la gestion des foules calmes lors de grands rassemblements, et peut être amené à effectuer des missions de services d'ordre aux abords du Parc des Princes et du Stade de France.

Créé par Napoléon en 1802, le régiment de cavalerie, seule unité montée opérationnelle de l'armée française, compte aujourd'hui près de 500 militaires et 460 chevaux, et est structuré entre un état-major, quatre escadrons, un centre d'instruction.

DSC 7262DSC 7255DSC 7252DSC 7271

En poussant la porte du quartier des Célestins, nous découvrons le lieu d'entraînement des cavaliers de la Garde Républicaine. Edifié en 1895, le quartier abrite l'état-major et le régiment de cavalerie.

DSC 7275DSCN1986DSCN1985

DSC 7276DSC 7278

Ses écuries accueillent 140 chevaux du 1er escadron et de la fanfare de cavalerie.

Certains cavaliers de la Garde Républicaine participent aux jeux équestres mondiaux. 

DSCN1975DSC 7265DSC 7264DSCN1977

Salle des Maréchaux-ferrants

 

DSC 7281

DSCN1989

Dans une ancienne écurie, une salle de traditions dédiée à l'histoire de la Garde Républicaine.

DSCN1971DSC 7266DSC 7267

DSCN1980

Magnifique structure de type Eiffel du manège où les cavaliers s'entraînent régulièrement.

 

Salpêtrière

DSCN1996DSC 7284DSC 7286DSC 7289

En 1656, un édit de Louis XIV crée l'hôpital général, destiné à enfermer et faire travailler les pauvres, mendiants et autres prostituées. Depuis le début du XVIIe siècle, leur nombre n'a fait que croître et leur présence est de moins en moins bien supportée. La sécurité et le prestige de Paris sont en jeu. Mais l'entreprise est avant tout présentée comme une oeuvre de charité. Les "heureux" pensionnaires doivent en effet bénéficier du gîte, du couvert et d'une assistance morale et religieuse salutaire. La Salpêtrière devient alors l'un des principaux établissements de l'Hôpital général. Cette ancienne fabrique de Salpêtre est transformée, agrandie et affectée à l'accueil des femmes.

DSC 7290DSCN1999

DSC 7292DSCN2000DSCN2001DSCN2002DSC 7294DSCN2005DSCN2006

DSCN2008DSC 7302DSC 7303DSCN2009

 DSC 7304DSC 7305DSC 7308

De l'imposante chapelle Saint-Louis à la Grande force, des loges des folles aux abords de la nouvelle Pitié, cette visite permet de revivre la création de l'Hôpital général et de comprendre les conditions de vie souvent abominables des pensionnaires.  

DSC 7299

C'est aussi l'occasion d'évoquer deux grandes figures médicales de l'hôpital, Pinel et Charcot, dont les études sur les "folles de la Salpêtrière" annoncent la naissance de la psychiatrie et de la psychanalyse. 

 

 

SENAT

MUSEE DE L'HOMME

Sénat 

DSCN1918DSCN1916 DSCN1917

D'abord résidence princière et maintenant siège du Sénat de la République, le Palais du Luxembourg est, depuis près de quatre siècles, un lieu chargé d'histoire. Il fut construit à partir de 1615 pour Marie de Médicis et a connu des évolutions architecturales qui l'ont peu à peu adapté aux besoins d'une assemblée politique moderne tout en respectant scrupuleusement ce trésor d'architecture parisienne, qui abrite, en outre, un patrimoine artistique exceptionnel.

DSC 7132 

Marie de Médicis 

DSCN1920DSCN1922DSC 7134 

La salle du livre d'or rassemble tout ce qui subsiste de la décoration d'origine du Palais. C'est ici qu'ont été remontés en 1817 des peintures et des lambris provenant des anciens appartements de Marie de Médicis. Cette salle, évocation du passé doré du Palais, tire son nom du Livre d'or de la pairie, registre consignant les titres des pairs de France. 

DSC 7139

L'ancêtre du SMS

lDSCN1925

La statue porte-bonheur. En effet, la coutume veut que tout sénateur nouvellement élu pose sa main sur la fesse droite (pour les sénateurs de droite) et sur la fesse gauche (pour les sénateurs de gauche). L'histoire ne dit pas ce que doivent faire les centristes !

En ce qui concerne les sénatrices, il semblerait qu'il existe au sein même du Sénat une statue masculine.                                                                                                                    

DSC 7175DSC 7145DSC 7168 

DSCN1938 

Avec une surface de près de 650 m2 (57 m de long, 10,60 m de large, 11 m de hauteur) égale à celle de la galerie d'Apollon du Louvre, le décor de la salle des Conférences est l'un des plus riches du Second Empire.

 DSC 7169

Trône de Napoléon Ier 

 

DSC 7154 DSC 7160

DSC 7155DSC 7148DSC 7149

La salle des Séances comporte deux hémicycles opposés, l'un pour les membres de l'Assemblée et l'autre pour le Président et les secrétaires du Sénat.

DSC 7170DSCN1932DSCN1935DSCN1937

DSCN1940DSCN1941

DSCN1942

L'escalier d'honneur, composé de 48 marches et d'un unique palier de repos, est décoré de six lions antiques en pierre s'inspirant des lions égyptiens des fontaines de Rome. La voûte en berceau, d'une longueur de presque 29 m, est soutenue par des colonnes d'ordre ionique. Elle est richement décorée de caissons et rosaces en plâtre.

DSC 7182

 

 

Musée de l'Homme

DSC 7196DSCN1943DSCN1945DSC 7197

Musée national français, le musée de l'Homme a pour vocation de présenter l'humanité dans sa diversité anthropologique, historique et culturelle.

"L'humanité est un tout indivisible, non seulement dans l'espace mais aussi dans le temps."

Paul Rivet, fondateur du musée de l'Homme de 1937

DSC 7201DSCN1946DSC 7204DSCN1951DSCN1952

DSC 7205DSC 7206DSC 7207DSC 7211DSCN1956 

DSC 7214DSC 7215

QUI SOMMES-NOUS ?

La première partie invite à s'interroger sur la singularité de l'espèce humaine mais aussi sur sa diversité, en explorant quelques critères généralement admis pour définir l'Homme : le corps, la pensée, le langage et le vivre ensemble.

DSC 7219DSC 7222DSC 7224DSC 7235

DSC 7226

D'OÙ VENONS-NOUS ?

Jusqu'où faut-il remonter pour trouver le premier humain ? Pour y répondre, la deuxième partie du parcours aborde le temps long de notre histoire évolutive, pour nous mener jusqu'au néolithique, période de grand changement à l'origine de notre monde contemporain.

DSCN1969DSC 7244DSC 7245

DSC 7247DSC 7248

Au Mexique, berceau de la domestication du maïs, des variétés modifiées et très productives remplacent peu à peu les centaines de variétés ancestrales, pourtant riches de qualités agronomiques et gustatives. Tandis que les citadins achètent quotidiennement, dans des boutiques spécialisées ou des supermarchés, des galettes de maïs provenant de l'agriculture intensive, les ruraux continuent de planter des variétés anciennes selon leurs pratiques traditionnelles, et cultivent plus de vingt variétés de maïs différentes. 

OÙ ALLONS-NOUS ?

Ancrée dans le contemporain, cette partie dresse un état des lieux des transformations de l'Homme et de la planète depuis dix mille ans. Elle questionne l'avenir de la diversité des sociétés dans un monde globalisé, leur capacité à résoudre les problématiques d'un monde de plus en plus anthropisé et nos marges d'adaptation en tant qu'espèce Homo sapiens à nous adapter à ce nouveau monde. Le propos, nourri des expertises des scientifiques du Muséum et d'autres institutions, est porté par les objets et documents remarquables issus des collections et assortis de nombreux dispositifs multimédia.

DSC 7210

DSCN1965DSC 7243

Tout au long du parcours, de drôles d'expériences nous invitent à serrer la main d'un chimpanzé, à marcher dans les pas d'un australopithèque, mais aussi à visiter une yourte mongole, à écouter les langages du monde...

DSCN1970DSC 7250

"L'avenir de l'humanité reste indéterminé parce qu'il dépend d'elle."

Henri Bergson

 

 

CITÉ DE LA CÉRAMIQUE À SÈVRES

MONT VALÉRIEN

Cité de la Céramique à Sèvres

DSCN1859

La Manufacture Nationale de Sèvres, fondée en 1740 à Vincennes puis déplacée à Sèvres en 1756, produit des objets d'art en porcelaine grâce à des techniques rigoureusement manuelles, transmises de génération en génération depuis le XVIIIe siècle.

Pâtes à porcelaine, émaux, couleurs sont fabriqués sur place.

Un peu de technique :

Matières premières pour les pâtes : kaolin, feldspath et quartz.

Quatre types de pâtes : pâte tendre (PT 18e siècle), pâte dure (PD 18e siècle), pâte nouvelle (PN 19e siècle), pâte blanche (PAA 20e siècle).

Couleurs : oxydes métalliques, pegmatite et quartz pour l'émail incolore. 

DSC 6967DSC 6968DSC 6969DSC 6971

DSC 6970 DSCN1865

DSC 6982DSC 6995DSC 6999DSC 6958  DSC 6981

DSCN1870DSCN1869DSC 6994

Pour les amateurs, l'assiette de droite est à 13 000 €

DSC 6944DSCN1873

Le Musée National de la Céramique fut créé dans les premières années du XIXe siècle par Alexandre Brongniart, alors directeur de la Manufacture de porcelaine de Sèvres, afin d'y montrer toutes les catégories de céramiques (poterie, faïence, grès, porcelaine), mais aussi des émaux, des vitraux et des verres de tous les pays et de toutes les époques. Plus de cinquante mille pièces y sont conservées, du Moyen Age à nos jours, de la Renaissance italienne au Japon, de l'Espagne mauresque à l'Europe du XVIIIe siècle.

DSC 6947 DSCN1861DSC 6951

DSC 7043DSCN1875 DSC 6986DSC 7002DSC 7004DSC 7006

 DSC 7053

DSC 6991DSC 7012DSC 7014 

 DSC 7015DSC 7016DSCN1868DSCN1885DSCN1894DSCN1889DSC 7020DSC 7023DSC 7013

DSCN1892DSCN1884DSCN1891DSC 7035DSC 7059

DSC 7057DSC 7008 

 

 

Mont Valérien

DSC 7067

DSCN1914DSC 7096DSCN1897

En 1945, le Général de Gaulle décide d'ériger au Mont Valérien un monument rendant hommage aux morts de la seconde guerre mondiale. Le Mémorial de la France combattante est érigé contre le mur d'enceinte du fort, sur une esplanade de plus de dix mille m2 en forme de "V" de la victoire. Un mur de grès rose de cent cinquante mètres de long porte seize hauts-reliefs en bronze. Au centre, une croix de Lorraine de douze mètres de haut devant laquelle brûle en permanence la "flamme de la Résistance". Deux portes en bronze permettent d'accéder à la crypte funéraire et au parcours du Souvenir qui mène au site historique et à la clairière des fusillés.

DSCN1898DSC 7074

DSC 7078DSC 7084 

Certains condamnés ont été isolés dans la chapelle où ils ont passé leurs derniers instants. On peut y voir les poteaux d'exécution qui se trouvaient dans la clairière et des cercueils destinés au transfert des cadavres. Ces martyrs ont gravé sur les murs leur témoignage, en délivrant leurs ultimes messages. L'abbé Stock, aumônier allemand des prisons parisiennes, accompagne plus de mille fusillés jusqu'à leur exécution. Certains arrivent à écrire un ou plusieurs messages à l'insu des autorités. Ceux-ci parviennent aux familles, cachés dans leurs affaires personnelles ou transmises clandestinement par un avocat, par l'abbé Stock, ou par un gardien de prison français ou allemand, au péril de leur vie.

 DSC 7091

"Ici de 1940 à 1944 tombèrent plus de 4 500 résistants fusillés par l'ennemi pour leur indomptable foi dans les destins de leur pays".

Ce texte est inscrit sur cette dalle installée au centre de la clairière des fusillés.

Les autorités allemandes choisissent d'utiliser régulièrement la clairière de la forteresse pour y fusiller des résistants et des otages. Le Mont Valérien est le principal site d'exécution de la région parisienne et de toute la zone occupée. Ces condamnés sont transportés au Mont Valérien en camion par les services de l'armée allemande. Au même moment, le peloton d'exécution, un commando de quarante hommes, ainsi qu'un officier du service de santé, arrivent à Suresnes. L'abbé Franz Stock est également présent. C'est ce dernier qui annonce leur exécution aux détenus parvenus sur le site. L'abbé, dans son journal, indique que les victimes assistent à l'exécution de leurs camarades.

DSC 7076  

A proximité de l'ancienne écurie dans laquelle est présentée une exposition permanente sur les différentes politiques de répression, et qui permet de suivre le parcours des fusillés, résistants et otages, de leur arrestation jusqu'à la tombe, un monument de bronze en forme de cloche est dédié à leur mémoire. Y sont gravés leurs noms, inscrits selon la chronologie de leur exécution et l'ordre alphabétique. 

DSCN1912

Qui sont ces hommes ? Pourquoi vont-ils mourir ?

Français ou immigrés, âgés de 16 à 52 ans, originaires de toutes les régions de France et issus de toutes les couches de la société. Avec ou sans uniforme, ils s'engagent pour lutter contre l'occupant allemand et le nouvel ordre établi. Ils collectent des renseignements pour les Alliés ou la France Libre du Général de Gaulle, organisent des manifestations patriotiques, diffusent des paroles et des informations libres sous la forme de graffiti sur les murs, de tracts ou de journaux clandestins. Ils aident des personnes pourchassées ou persécutées. Ils combattent dans des groupes d'actions directes : sabotages, lutte armée.

 DSC 7069

DSC 7070 

 

 

 

LES TEMPS ENCHANTÉS DE LA VILLA FLORA

A MARMOTTAN

felix vallotton le docteur arthur hahnloser 789x10244800450 6 4f5c entre 1905 et 1936 ils reunissent une 2fa9a150882ab443f41499f4d70fa340

 Vallotton                                                                                                                                                                                Vallotton

Vivre pour l'art. Collectionner. Tel fut le parcours du couple formé par Hedy et Arthur HAHNLOSER.  

Passion pour la peinture, le dessin, la sculpture qu'ils collectionnent de 1905 à 1936.

Le musée Marmottan Monet crée l'événement et présente cette collection pour la première fois en France. Près de quatre-vingts chefs d'oeuvre par Hodler, Vallotton, Giacometti, Bonnard, Redon, Manet, Vuillard, Renoir, Cézanne, Matisse, Van Gogh, Manguin,... sont présentés dans cet hôtel particulier qui devient l'écrin de cette exceptionnelle collection. 

DSC 6937ferdinand hodler le lac leman 1024x802DSC 6936

 Hodler

 DSC 6927DSC 6928DSC 6929DSC 6934

DSC 6930DSC 6931DSC 6932DSC 69354800452 6 cd57 felix vallotton est l un de leur plus e9b9419bc0ee019c17e5071a6ce7f0f3

fellix vallotton les deux f 1024x787

Vallotton

DSC 6922giovanni giacometti dahlias et raisins 1024x831

Giacometti

4800454 6 9958 le couple possede deja plus d une ca97632a8e1dbf86ae52bc6d957921e8DSC 6924DSC 6925DSC 6926

pierre bonnard la carafe provencale 1024x976pierre bonnard le debarcade 1024x783

Bonnard

5418911 11 1 1819041944 545x460 autocropDSC 6938odilon redon le bateau roug 1024x762

Redon

edouard manet amazone 773x1024DSC 6923DSC 6940

Manet                                                      Vuillard                                                                                                                                       Renoir                          

 DSC 6941DSC 6942

Cézanne 

DSC 6920DSC 6921 

 

 

 

 

 

 

 

Matisse

 

4800457 6 c183 hedy hahnloser voue une admiration sans borne 1b87970843e2bff580b638c7637ee579 DSC 6939

 Van Gogh

650 169 5643fDSC 6919henri manguin la flora winterthur 1024x788 

Manguin

     

 

FONDATION PIERRE BERGÉ - YVES SAINT LAURENT

PETIT PALAIS

Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent

yves saint laurent2 

Yves Saint Laurent décide, en association avec Pierre Bergé de créer sa propre maison de couture, dont la première collection est présentée le 29 janvier 1962 au 30bis, rue Spontini à Paris. Ils y resteront douze années pendant lesquelles Yves Saint Laurent inventera le vestiaire de la femme moderne :

caban yslslide 332336 3299960 free

le caban et le trench-coat dès 1962,

ABACA 31812 26 referenceABACA 16722 16 reference

le premier smoking en 1966,

ABACA 16722 15 referencesaharienne 42844

la saharienne

tailleur

et le premier tailleur-pantalon en 1967,

ABACA 221709 100 referenceslide 332336 3299806 freeoriginal 1

les premières transparences en 1968...

En se servant des codes masculins, il apporta aux femmes l'assurance, l'audace et le pouvoir, tout en préservant leur féminité.

Yves Saint Laurent souhaite habiller toutes les femmes, et non seulement les riches clientes haute couture ; sa boutique Rive Gauche, créée en 1966 à Paris, est la première boutique de prêt-à-porter portant le nom d'un couturier, et ouvre la voie à ce qu'est devenue la mode aujourd'hui.

Tout au long de sa carrière, il crée des costumes pour le théâtre, le ballet, le cinéma. Il rend hommage aux artistes avec

OK1 Abaca reference

les célèbres robes Mondrian,

pop art, Picasso, Diaghilev, Matisse, Cocteau, Braque, Van Gogh, Apollinaire,

slide 332336 3299804 free

mais aussi un hommage important à l'Afrique.

images 1images

La Fondation a pour mission de conserver 5000 vêtements et 15 000 accessoires haute couture,

images 3images 4images 6

images 8images 5images 9

50 000 dessins

et objets divers qui témoignent de la création d'Yves Saint Laurent.

Le 1er juin 2008 Yves Saint Laurent décède à son domicile parisien dans sa 72e année.

"Comme le matin de Paris était jeune et beau la fois où nous nous sommes rencontrés ! Tu menais ton premier combat. Ce jour-là, tu as rencontré la gloire et depuis, elle et toi, ne vous êtes plus quittés. Comment aurais-je pu imaginer que cinquante années plus tard nous serions là, face à face, et que je m'adresserais à toi pour un dernier adieu ? C'est la dernière fois que je te parle, la dernière fois que je le peux. Bientôt, tes cendres rejoindront la sépulture qui t'attend dans les jardins de Marrakech."

                                                                                                                      Pierre Bergé, 5 juin 2008

Yves Saint Laurent

 

 

Petit Palais

unnamed 36

Véritable joyau architectural du XIXe siècle, utilisé aujourd'hui comme musée des Beaux-Arts, le Petit Palais,

unnamed 39unnamed 38

organisé autour d'un jardin semi-circulaire bordé d'un péristyle richement orné, fut construit à l'occasion de l'Exposition Universelle de 1900.

DSC 6863DSC 6861DSCN1819DSCN1820DSCN1823

DSCN1829unnamed 12unnamed 22unnamed 23unnamed 17 

Ce joyau abrite un décor peint et sculpté très important afin de donner au bâtiment l'apparat et la dignité d'un Palais officiel : vestibule d'entrée, grandes galeries, pavillons, coupole, ferronneries, vitraux, mosaïques, péristyle du jardin où il fait bon flâner et qui accentue le charme des lieux.

 unnamed 34unnamed 35

Le Petit Palais présente une très belle collection de peintures, icônes, sculptures, tapisseries, mobiliers et objets d'art datant de l'Antiquité jusqu'au début du XXe siècle.

unnamed 2unnamed 20unnamed 21unnamed 24unnamed 27unnamed 29

unnamed 10 unnamed 25unnamedunnamed 14unnamed 16

unnamed 18unnamed 19unnamed 32

unnamed 5unnamed 3unnamed 26unnamed 28

unnamed 4unnamed 6unnamed 7

 unnamed 8

unnamed 13

unnamed 9unnamed 11 

unnamed 15

unnamed 33unnamed 31

Les collections antiques et médiévales côtoient les oeuvres de la Renaissance française et italienne ou la peinture flamande et hollandaise du XVIIe siècle, mais aussi les créations du XVIIIe siècle et la magnifique collection de tableaux français du XIXe siècle avec des artistes prestigieux : Fragonard, Delacroix, Courbet, Pissaro, Monet, Renoir, Sisley, Cézanne, des objets d'art de style Art Nouveau comme

unnamed 1

les verreries d'Emile Gallé

unnamed 30

ou une salle à manger d'Hector Guimard.

 

 

PAVILLON DE L'ARSENAL

MUSEE GOURMAND DU CHOCOLAT

Pavillon de l'Arsenal

Une exposition de plus de huit cents m2 raconte l'histoire, l'actualité et le devenir de la métropole parisienne, les grands territoires de projet en mutation, les nouveaux réseaux de transport et les architectures emblématiques de la ville de demain.

DSC 6718cec0305a17

Première mondiale développée en partenariat avec Google et Decaux, la très grande maquette numérique de 37 m2 présente les grands territoires urbains en développement et plus de mille deux-cents projets au lancement. Elle permet ainsi de visualiser en haute définition une ville et son agglomération.

350px The city limits of Paris from the 4th century to 2015.svg

DSC 6824 

Paris, sa métropole et ses projets, retrace l'origine de ce territoire et raconte les histoires croisées entre les communes pour permettre à tous de comprendre le territoire d'aujourd'hui.

DSC 6720

DSC 6731

DSC 6723

DSC 6728DSC 6724DSC 6726

Paris, la métropole et ses projets, rassemble pour la première fois dans un même lieu toute l'actualité architecturale et urbaine métropolitaine.

 

Musée Gourmand du Chocolat

DSC 6765 

Le musée "Choco-Story" fait découvrir les secrets du chocolat et ses quatre mille ans d'histoire, depuis les Olmèques jusqu'à nos jours. Plus de mille objets de collection sont présentés.

DSC 6741DSC 6742 

DSC 6749DSC 6746DSC 6751DSC 6764

DSC 6754DSC 6757   

Outre l'aspect historique, le musée détaille également les méthodes de fabrication du chocolat, les ingrédients utilisés et l'évolution de sa fabrication au fil des siècles.

DSC 6745

Au temps des Aztèques, le cacao servait non seulement à préparer le divin nectar, mais aussi de monnaie d'échange. Le cacao avait une grande valeur : à l'époque, un lapin coûtait dix fèves de cacao et un esclave cent fèves.

 DSC 6772DSC 6775DSC 6776

DSC 6778DSC 6777DSC 6774 

 DSC 6801DSC 6805


DSC 6810

DSC 6809

DSC 6804DSC 6811

DSC 6807

DSC 6780DSC 6783DSC 6781

Le centre de démonstration donne l'occasion de goûter les produits fabriqués sur place.

DSC 6753DSC 6769

Pour les plus gourmands (que nous sommes), il est également possible de déguster un délicieux chocolat chaud parmi six recettes uniques dont la recette aztèque ou la plus ancienne recette espagnole.

 

 

PICASSO.MANIA

DSC 6408

DSC 6404
Grand génie narcissique, "Roi-Soleil" de la peinture moderne                                              

De l'Afrique aux Etats-Unis, les nombreuses créations à l'effigie de Picasso témoignent du caractère universel de son oeuvre et de la fascination sans borne des artistes pour ce génial personnage incarnant à lui seul l'art du XXe siècle.

DSC 6345

Erro (finlandais) réunit les personnages marquants de la peinture de Picasso 

 DSC 6348

Yan Pei-Ming (franco-chinois) réalise l'un des portraits "où toute la force de l'âge, regarde avec des yeux étonnés, et conserve la bouche fermée". C'est son "Mystère Picasso". 

DSC 6353 

Chéri Samba (congolais) faisant référence à une photo de Doisneau représentant le peintre à table, les bras tombant derrière la nappe de manière à suggérer que les pains devant lui  pourraient être ses mains, des mains d'ogre à la hauteur du génie

DSC 6354DSC 6361

DSC 6363DSC 6367

Les Demoiselles d'Avignon par Mike Bidlo (américain) face aux Demoiselles d'Alabama par Robert Colescott (afro-américain)

DSC 6368

Sigmar Polke (allemand)

 DSC 6371DSC 6373

DSC 6383DSC 6380DSC 6384 Version 2 

DSC 6387 DSC 6388DSC 6389

Roy Lichtenstein (américain) : Pop Art

DSC 6397

DSC 6400DSC 6399DSC 6402DSC 6401

Jasper Johns (américain) : Les Quatre Saisons 

DSC 6413

Martin Kippenberger (allemand)

DSC 6414DSC 6415

DSC 6422

Malcom Morley (américain) : Crime Egéen

DSC 6423

Thomas Houseago (britannique)

Tombeur de ces dames ou père de famille, peintre courtisé par les plus grands ou humble potier de Vallauris, homme à millions ou à convictions, qui est Picasso ?

Picasso a travaillé très tôt à la construction de son image publique, cultivant ses relations avec les meilleurs photographes, les convoquant toujours au bon moment pour des reportages sur sa famille, ses femmes,...

 DSC 6346

 

 

 

CITE UNIVERSITAIRE

PARC MONTSOURIS

Cité Universitaire

DSC 6178DSC 6252DSC 6185

DSC 6181

Située en face du Parc Montsouris, la Cité Internationale Universitaire est un vaste site de 34 hectares abritant un grand parc et quarante maisons destinées à accueillir des étudiants du monde entier (plus de 10000). On y trouve les maisons du Maroc, de l'Italie, de la Suède, du Japon, de la Tunisie, franco-britannique,...). 

DSC 6188DSC 6189DSC 6192DSC 6196DSC 6199

DSC 6204DSC 6206DSC 6209DSC 6215 

DSC 6218DSC 6224DSC 6233DSC 6239 

DSC 6244DSC 6246DSC 6249DSC 6253 

DSC 6255DSC 6260DSC 6270 

 DSC 6272DSC 6271DSC 6274

Ces constructions progressives, s'étalant sur plusieurs dizaines d'années, créent un ensemble hétérogène qui regroupe divers courants. C'est pourquoi la Cité est un espace riche pour qui s'intéresse à l'architecture, à l'urbanisme et à l'histoire de Paris, un musée d'architecture de plein air, en somme.

La première résidence a été inaugurée en 1925 et porte le nom de son donateur Emile Deutsch de la Meurthe qui souhaitait "contribuer à l'entente entre les peuples en favorisant les amitiés entre les étudiants, chercheurs et artistes du monde entier". La dernière maison fut achevée en 1969, c'est la maison d'Iran.

Le bâtiment principal est une mini réplique du Château de Fontainebleau, la maison du Brésil et la Fondation Suisse conçues par Le Corbusier furent inscrites aux monuments historiques en 1986.

Grandes pelouses, terrains de sport, piscine, théâtre,... la Cité Universitaire est une véritable ville dans la ville.

 

 

Parc Montsouris

Parc à l'anglaise aménagé à la fin du XIXe siècle, ce grand jardin, l'un des plus grands espaces verts intra-muros de la Capitale, s'étend sur 15 hectares.

DSC 6319DSC 6323DSC 6324DSC 6282DSC 6281

DSC 6321

Construit sous Napoléon III, il est inauguré en 1869, abrite un lac, de belles sculptures en bronze ou en pierre, mille quatre-cents arbres, dont certains remarquables, et accueille de nombreuses espèces d'oiseaux.

 DSC 6279

On y découvre également l'observatoire météorologique installé en 1947 ainsi qu'un obélisque de cinq mètres de hauteur matérialisant l'emplacement du méridien de Paris,

DSCN4258DSCN4256DSCN4257

mais aussi le réservoir  renfermant un tiers de la consommation d'eau potable des parisiens.

Le nom de "Montsouris" serait issu de "moquesouris". Il évoque des temps anciens où les moulins de la Bièvre périclitaient et où les lieux n'étaient plus habités que par des rongeurs.

DSC 6288DSC 6286DSC 6291DSC 6293

DSC 6297DSC 6299DSC 6315DSC 6316 DSCN4249

DSCN4251DSCN4253  

Ce parc est entouré de ruelles charmantes et singulières aux allures de campagne, qui forment un ensemble à l'histoire très riche.

DSC 6313


DSC 6305DSC 6306DSC 6311

On ne peut pas terminer sans évoquer le couvent de Saint-François de Paris splendide édifice construit en brique dans les années 1930 et sa chapelle des Franciscains aux vitraux remarquables. 

 

 

SAINT-MAMMÈS

MORET-SUR-LOING

 

Saint-Mammès

Terre des mariniers, 2e ville batelière de France, au confluent de la Seine et du Loing, Saint-Mammès est le point de rencontre de toutes les voies d'eau traversant le centre de la France.

DSC 6015DSC 5956DSC 5959
Sur le bateau "Renoir", cette promenade fluviale commentée par le Capitaine Denis, est riche en anecdotes.

DSCN1770DSC 5964DSC 5961DSC 5972DSC 5973DSC 5974DSC 5978DSC 5980DSC 5990DSC 5992DSC 5999DSC 6008DSC 6028DSC 6019DSC 6037DSC 6041

DSC 6032DSC 6048DSC 6052DSCN1777DSCN1773DSC 6065

DSC 6060
Au fil de l'eau, nous découvrons les paysages riverains de Saint-Mammès qui nous offrent le spectacle du défilé des bateaux et des nombreuses péniches amarrées bord à bord, passons dans le bief où le Loing et la Seine se rejoignent, l'écluse de Champagne-sur-Seine et continuons jusqu'à Thomery, célèbre pour son raisin "chasselas" et son mode de conservation original qui permettait aux rois et aux parisiens d'en consommer toute l'année,
DSC 6038

mais aussi son port construit sous Philippe-Auguste afin d'assurer le transport des grès de Fontainebleau.

Pour l'anecdote : une maison voisine de l'embarcadère où la "Bande à Bonnot" avait élu domicile profitant ainsi du fleuve pour échapper à la police (à gauche sur la photo).

 

Moret-sur-Loing

DSC 6075DSCN1786DSCN1787

Porte de Samois

Située en lisière de la forêt de Fontainebleau à la frontière de l'Ile de France et de la Bourgogne, cette cité du XIIe siècle, médiévale et fortifiée, conserve dans ses murs les traces de son passé : ville royale avec église, donjon et portes fortifiées.

DSC 6083DSC 6077DSCN1791DSCN1794DSC 6082DSCN1795DSCN1799DSC 6086DSC 6087

Galerie dite de "François 1er"

DSC 6095DSC 6107DSC 6108
DSCN1803DSC 6099
Avec la Renaissance, la ville se transforme et plusieurs témoignages architecturaux traduisent ce renouveau.

DSC 6110DSCN1815DSC 6122DSC 6147DSC 6132DSC 6154DSC 6159DSCN1807

DSCN1812DSC 6165
Moret est aussi une ville baignée par les eaux du Loing, propice à l'inspiration des peintres, tels Alfred Sisley et ses amis. Des artistes viennent y poser leur chevalet hier comme aujourd'hui.
DSC 6094DSC 6106DSC 6093DSC 6096
Connu et apprécié depuis plus de trois cents ans, le sucre d'orge était fabriqué par les Religieuses bénédictines, qui en 1638, avaient fondé une maison à Moret sous le nom de Prieuré de Notre-Dame des Anges. C'est sous les doigts de ses Religieuses et sous la direction de la Supérieure, cousine de La Fontaine, que l'on vit les premiers bâtons de ce bonbon unique en son genre avec sa recette toute particulière, qui faisait les délices des plus hauts personnages et fait encore aujourd'hui la réputation de Moret avec son secret de fabrication bien gardé.
DSC 6123

Porte de Bourgogne