VELAZQUEZ

DSC 5615

Plus célèbre des peintres de l'âge d'or espagnol et peintre officiel de la cour de Philippe IV, Velazquez offre à la postérité l'image d'une couronne d'Espagne triomphante. Ce peintre des princes donnait le même éclat au vin et aux joyaux, et prêtait son talent aux bouffons et figures des tavernes.

DSC 5609DSC 5608DSC 5611DSC 5613

 

DSC 5612

Longtemps éclipsé, ce sévillan sera redécouvert par les impressionnistes à la fin du XIXe siècle, et magnifié comme l'un des plus grands artistes de tous les temps par Picasso et Dali.

Edouard Manet le qualifiait ainsi : "le peintre des peintres".

 

Voyage en Bourgogne 

1er jour : Auxey-Duresses

Domaine Michel Prunier et Fille

DSC 4920

 

Ce village situé au seuil d'une vallée qui, depuis la Côte de Beaune s'enfonce dans les Hautes-Côtes, est en Bourgogne l'un des sanctuaires de la vigne celte et gallo-romaine.

Michel Prunier, vigneron chaleureux, dirige avec sa fille Estelle cette propriété de 12 ha répartis à Auxey-Duresses, Meursault, Volnay, Pommard et Beaune. En Bourgogne, le savoir-faire se transmet aussi de père en fille ! Même tradition de qualité et de respect du terroir, même passion de ces terres familiales depuis cinq générations où s'expriment le Pinot noir et le Chardonnay.

Comment passer des moments inoubliables ?

DSC 4929 DSC 4931DSC 4927

 

DSC 4930DSC 4936DSC 4935DSC 4940

Accueil dans leurs vieilles caves voûtées du XVIe siècle, bons vins, générosité...

1/3 de vins blancs : Chorey-les-Beaune, Auxey-Duresses, Meursault, Crémant de Bourgogne ;

2/3 de vins rouges : Hautes-Côtes de Beaune, Chorey-les-Beaune, Auxey-Duresses, Pommard, Beaune, Volnay.

Vous découvrirez ici des vins de caractère respectant les traditions.

DSC 4944DSC 4945DSC 4951DSC 4953

DSC 4959DSC 4969DSC 4974DSC 4982

DSC 4983DSC 4990DSC 4994DSC 4998

DSC 5001DSC 5023DSC 5033DSC 5044

DSC 5046DSC 5051DSC 5068

Michel Prunier nous a fait partager son amour du vin, des chants et bans bourguignons autour d'un repas très animé et bien arrosé.

DSC 5072DSC 5076DSC 5077DSC 5079

DSC 5080DSC 5082DSC 5083DSC 5087DSC 5088

DSC 5093DSC 5095DSC 5096DSC 5097DSC 5098

Après une balade ensoleillée dans les vignes, nous sommes retournés chez Michel Prunier pour nous rafraîchir.

DSC 4923

Quelle journée !!!

2e jour : Beaune

Hospices

Plus bel édifice de la ville de Beaune, l'Hôtel-Dieu avait pour vocation d'accueillir pauvres et malades.

DSC 5103DSC 5105DSC 5108DSC 5100DSC 5101

DSC 5109DSCN1646DSCN1650DSCN1647DSCN1652DSCN1644DSCN1665DSC 5112DSC 5128DSC 5125DSC 5131DSCN1655DSC 5133DSC 5137DSC 5139DSC 5151DSC 5154DSCN1663DSC 5160DSC 5161DSCN1662DSCN1664DSC 5166DSC 5167

DSC 5173

En créant l'Hôtel-Dieu au XVe siècle, le chancelier Nicolas Rolin veut sauver son âme, et crée un palais pour les miséreux. Des malades ou des personnes âgées l'ont occupé jusqu'au début des années 1980.

A la tête d'un prestigieux domaine viticole, les propriétaires commercialisent la production dans le cadre de la plus célèbre vente de vins aux enchères.

Musée du Vin

DSC 5176DSC 5179DSCN1667

Ayant pour cadre le magnifique Hôtel des Ducs de Bourgogne des XIIIe et XVIe siècles,

DSC 5180DSC 5187DSCN1672DSC 5188

DSCN1675DSCN1674DSCN1677DSC 5192DSC 5194

DSC 5198DSC 5200DSCN1686DSC 5201DSC 5218DSC 5208DSC 5205DSC 5207DSC 5213DSC 5212DSCN1682

les collections du musée évoquent l'histoire de la vigne depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. Le travail du vigneron est mis en scène : viticulture et outillages, arts et traditions viticoles, reconstitution d'un intérieur vigneron, évolution de la bouteille, étiquettes, verres,

DSC 5215DSCN1685DSC 5222DSC 5220

DSC 5229

 

et de très belles tapisseries de Lurçat et Tourlière.

DSC 5231DSC 5232

La cuverie abrite quelques beaux pressoirs anciens.

Moutarderie Fallot

DSC 5285

L'histoire de la moutarde remonte à la plus haute antiquité, celle de la maison Fallot date de 1840.

Sans doute faudrait-il rendre grâce au courtisan maladroit qui, pour secourir une jolie patricienne en pâmoison, mêla par hasard vinaigre et graines de moutarde dans la cuisine de Vitellius. Un nouveau condiment était né.

Bienvenue au royaume de la moutarde à l'ancienne, celui des graines broyées à la meule de pierre qui préserve toutes les qualités gustatives de la pâte. La moutarderie produit plus de deux-cent mille tonnes chaque année à Beaune, 50% de la production étant exportée.

DSC 5242DSC 5247DSC 5258DSC 5261DSC 5251

DSC 5254DSC 5259DSC 5240DSC 5262DSC 5265DSC 5269DSC 5274DSC 5277DSC 5272

Le parcours "Découvertes" nous a menés dans les anciens bâtiments de style napoléonien, qui abritaient la moutarderie à son origine. Secrets de fabrication de la moutarde que nous préparons nous-mêmes,...

DSC 5279DSC 5280DSC 5283

 

avant de déguster quelques mignardises.... à la moutarde !

DSC 5286DSC 5287

N'oublions pas cet aphorisme d'un mustardographe invétéré :

"Ignorer la moutarde est l'aveu d'une médiocre culture, la mépriser, le fait d'un esprit sans grandeur, mais la dénigrer ne peut être que d'un malade ou d'un sot".

DSC 5284 

3e jour : Nuits-Saint-Georges, Vougeot

Cassissium

DSC 5293 DSC 5294

 

Escapade gourmande, le musée du cassis nous accueille au coeur des vignes.

  

DSC 5288DSC 5289DSC 5290DSC 5320 DSC 5315DSC 5316DSC 5318DSCN1690DSCN1689DSCN1691DSC 5319DSCN1692DSC 5306DSC 5296DSC 5307DSC 5303DSC 5308DSC 5312

 

DSC 5298 Animations tactiles, olfactives, gustatives, nous entrons dans le monde du cassis avec son histoire, ses utilisations en cuisine, en pharmacie, en parfumerie. Visite de la liquoristerie Védrenne avec la fabrication de la célèbre crème de cassis, avant de pouvoir apprécier la dégustation.  

DSC 5313DSC 5311DSC 5321DSC 5325

DSC 5330DSC 5338DSC 5336DSC 5337DSC 5345DSC 5351

 

DSC 5352

Kir : crème de cassis et bourgogne aligoté.

Blanc cassis : crème de cassis et n'importe quel vin blanc.

Fond de culotte : crème de cassis et Suze, car ne "suze qu'assis".

DSCN1694 DSCN1695

 

Clos de Vougeot

DSC 3134

Dès le XIIe siècle, les moines de l'abbaye de Cîteaux construisirent des bâtiments d'exploitations viticoles, complétés au XVIe siècle par un corps de logis "Renaissance".

DSC 5355DSC 5353DSC 5356DSCN1702DSCN1698DSCN1701DSC 5364DSC 5358DSC 5361

DSC 5372DSC 5383DSCN1703DSCN1707DSCN1705DSCN1710DSC 5378DSC 5382DSC 5379DSC 5386DSC 5374DSC 5384DSC 5389DSC 5390DSC 5398DSC 5396DSC 5393DSC 5397

Monument historique d'exception, situé sur la route des Grands Crus, il est le Chef-d'Ordre de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin.

DSC 5401DSC 3146

 

Quels souvenirs !! Soleil, bons vins, découvertes superbes, et quelle ambiance ! Rires et bonne humeur étaient du voyage !... N'oublions pas l'hôtel Mercure et la chambre 211.... Les intéressés se reconnaîtront....

 

Barbizon

Maison-Atelier de Jean-François Millet

Musée des Peintres

DSC 4489DSC 4833

Endroit mythique appelé "le village des peintres" du fait de son histoire, Barbizon fut un lieu de prédilection des peintres paysagistes.   

En 1830, les peintres français pré-impressionnistes sont à la recherche de beaux paysages, et découvrent cette commune à l'orée de la forêt de Fontainebleau. Ainsi ce village de paysans et de bûcherons qui garde le souvenir des artistes qui firent sa notoriété, va connaître une incroyable expansion.

DSC 4495DSC 4505DSC 4507DSC 4511DSC 4516DSC 4518DSC 4519

 

Barbizon est une longue rue bordée d'hôtels, de restaurants et de villas. A chacune de ces demeures s'attachent les souvenirs des peintres qui y séjournèrent.

Maison-Atelier de Jean-François Millet

DSC 4836 DSCN1632DSC 4779

La porte de cet atelier orienté au nord s'ouvre sur un lieu où se mêlent le bric-à-brac et l'harmonie. Les vitres de la baie sont d'époque et la lumière s'irise dans l'épaisseur inégale du verre. Dans cette pièce figurent les peintres contemporains de Millet et de la génération qui a suivi, ainsi que les portraits des peintres étrangers qui ont vécu au village.

Plus petite, la seconde pièce (la salle à manger) est tapissée de dessins et de gravures, de photos et de reproductions, mais aussi un bronze de Rosa Bonheur, le missel de Millet, sa palette, son portrait, sa famille,...

Enfin, la cuisine, qui fut l'un des ateliers de Christian Jacque, se situe à la croisée des chemins entre passé et modernité.

C'est dans cette maison que Millet peignit ses principaux chefs-d'oeuvre comme l'Angélus ou les Glaneuses. Il y vécut pendant vingt-six ans avec sa femme et ses neuf enfants.

Vincent Van Gogh, qui le tenait pour une sorte de père, dira plus tard : "Pour moi, c'est Millet, le peintre essentiellement moderne, grâce auquel l'horizon s'est ouvert devant nous."

Musée des Peintres

DSC 4784

Haut lieu de la saga barbizonnaise où se réunissaient tous les peintres, l'auberge Ganne retient sur ses murs et ses meubles d'origine, les témoignages peints, dessinés, des soirées arrosées, passées par la bande des "peint'à Ganne" avec de superbes témoignages de leurs vies à Barbizon.

En introduction à la visite, un audiovisuel présente l'histoire de la colonie artistique de Barbizon, la place de la peinture en plein air "sur le motif" dans l'histoire de l'art du XIXe siècle et la vie quotidienne des peintres à l'auberge.

DSC 4795DSC 4785DSCN1638DSCN1639DSC 4803

DSCN1634DSC 4790

Les salles du rez-de-chaussée, salles à manger et épicerie avec les meubles et panneaux décorés par les artistes les jours de pluie, restituent l'atmosphère du lieu au temps des "Peint'à Ganne" comme les appelaient les habitants du village.

DSC 4794DSC 4819DSC 4804DSC 4824DSCN1643DSC 4817DSC 4809DSC 4802DSC 4810DSC 4815
DSC 4820

 

 

DSC 4791

Complainte de l'auberge Ganne : 

Une auberge à la lisière

D'la forêt d'Fontainebleau

Là vont y manger du veau

Les peintres à la lisière

Ces peintres de Barbizon

Ont des barbes de bisons

C'est l'auberge du Pèr'Ganne

On y voit de beaux panneaux

Peints par peintres pas no

Vices et qui n'sont pas des ânes

Les peintres de Barbizon

Peignent comme des bisons.

 

DSC 4476DSC 4499DSC 4834DSC 4483DSC 4485

DSC 4840DSC 4839

Jean-François Millet et Théodore Rousseau à jamais associés dans ce bronze de Chapu.

 

Musée de la Préfecture de Police

Berges de la Seine

Musée de la Préfecture de Police

DSC 4533DSC 4534DSC 4535DSC 4536DSC 4540DSCN1567DSC 4573DSC 4532DSC 4581DSCN1605

 

Créé sur l'initiative du préfet de police de la Seine, Louis Lépine en 1909, ce musée retrace l'histoire de la police parisienne du XVIIe siècle à nos jours.

De nombreuses affaires criminelles y sont présentées telles que Charlotte Corday,

DSCN1581

l'anarchiste Fiescchi et sa machine infernale qui attenta à la vie du roi Louis Philippe,

DSCN1593DSC 4564DSCN1594

Landru "le chaud partisan de la femme au foyer",

le sinistre docteur Petiot et le judas par lequel il observait la lente agonie des familles gazées dans sa salle d'attente,

DSCN1583

le livre taché de sang du président Paul Doumer et l'arme de son meurtrier, mais aussi la vie quotidienne pendant l'Occupation, la persécution des juifs et la Collaboration, la Résistance dans la police, la Préfecture au coeur des combats pour la Libération de Paris,

DSC 4596DSC 4597DSC 4602DSC 4591

sans oublier l'atelier de Bertillon inventeur du système anthropométrique, 

DSCN1615

créateur du laboratoire de la police scientifique et technique,... au total deux mille pièces qui évoquent les événements auxquels la police a pris part.

DSCN1571

Véritable couperet de guillotine utilisé place de Grève pendant la Révolution

DSC 4543DSCN1589DSCN1590 DSCN1603

 

 

DSCN1574Porte d'une des cellules affectées aux condamnés à mort

 

DSCN1606DSCN1607DSC 4576DSCN1608DSC 4587

 

DSCN1610 Casque saisi (attribué à Daniel Cohn-Bendit) lors des événements du Quartier Latin en 1968

 

 

DSCN1611

Quelques expressions :

22 v'là les flics : il semble que l'expression provienne de l'uniforme de certains policiers du début du siècle dernier dont la tunique portait deux rangées de onze boutons.

DSCN1600

Les hirondelles : les brigades cyclistes ont été créées par le préfet Lépine et si le peuple les a surnommées "hirondelles", ce n'est ni pour leur cape flottant au vent, ni en raison du printemps, mais à cause de leur vélo, de marque Hirondelle.

Les poulets : les services de la préfecture de police se trouvaient à la caserne de la Cité, construite pour moitié sur un ancien couvent et pour l'autre sur un ancien marché aux poulets.

Une balle dans le buffet : le premier policier de la préfecture de police mort en service est l'inspecteur Buffet tué le 9 mars 1804 par un général chouan Georges Cadoudal qui complotait contre le régime en place et projetait d'enlever le Premier Consul.

Petite balade attractive et passionnante au coeur même des plus grands scandales qui ont fait jadis les Unes des journaux.

DSC 4604

Un petit détour par le square René Viviani pour voir le plus vieil arbre de Paris planté en 1601.

 

Berges de la Seine

du Pont Marie au Pont Neuf

A partir du Moyen Age, la Seine est un lieu de vie dense et varié. Dans le centre, autour le l'Ile de la Cité, les habitations sont construites à l'aplomb du fleuve. Les berges où sont installés les ponts sont en pente naturelle. Les ponts sont surmontés de maisons qui cachent le fleuve aux passants. Leurs arches étroites sont occupées par des moulins et d'autres activités.

A partir du XVIIe siècle, la volonté d'embellir et d'assainir Paris provoque une mutation  profonde des bords de Seine. Les maisons construites à l'aplomb du fleuve sont démolies ; l'espace libéré sur les rives est réservé autour des îles à la création de quais hauts.

DSC 4621 DSCN1622DSC 4626DSC 4624 DSC 4633

DSCN1625DSC 4639DSCN1626DSC 4644DSC 4647DSC 4657DSC 4658DSC 4666DSC 4668DSC 4669DSC 4674DSC 4676DSCN1631 

 

Puis au XIXe siècle la construction massive de ponts améliore la communication entre les deux rives. Les ponts ont désormais de longues arches, les quais bas aménagés pour faciliter le trafic fluvial.

Le XXe siècle est l'ère de la cohabitation avec l'automobile. L'utilisation des bords de Seine pour la circulation routière se généralise avec la construction des voies sur berge. 

 

Jean-Paul Gaultier

DSCN1507DSCN1523

DSCN1505DSC 4396DSC 4395

Originale, explosive, fantaisiste, impertinente, poétique, visionnaire, puissante, universelle... les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la démarche créative de Jean-Paul Gaultier. C'est ce qui fait de lui non seulement un créateur de mode exceptionnel mais aussi un artiste résolument affranchi des codes classiques de l'histoire culturelle.

DSCN1506DSC 4398DSC 4400DSC 4401DSC 4408DSC 4403DSC 4405DSC 4409

DSC 4411DSC 4413DSCN1521DSC 4412DSC 4418DSCN1518DSCN1520DSC 4416


 

 

DSC 4420DSC 4423DSCN1529DSCN1526DSC 4424DSC 4425DSCN1528DSCN1532DSC 4427DSCN1534DSCN1540DSC 4429

DSCN1538DSC 4430DSC 4435DSC 4440DSCN1543DSC 4443DSCN1542DSC 4447DSC 4436DSCN1545DSCN1546DSCN1547DSCN1548DSC 4449DSCN1551DSCN1552DSC 4452DSCN1556DSC 4453DSCN1557DSC 4454DSCN1558DSCN1559DSC 4458
DSC 4460DSCN1561DSC 4461DSCN1563DSC 4466DSC 4467DSC 4469

 

DSC 4472

Musée Aéronautique et Spatial SAFRAN

Dégustation des Produits du Terroir Seine-et-Marnais

SAFRAN 

DSC 4198DSC 4199DSCN1476

  

Créé en 1985, abrité sous un historique hangar d'hydravions datant des années 1930, le musée présente une collection unique de plus de cent moteurs d'avions, hélicoptères,  fusées, trains d'atterrissage, systèmes de freinage, voitures, motos...

DSC 4202DSCN1475DSCN1477DSCN1479DSCN1480DSC 4208DSC 4211DSC 4210DSC 4223DSC 4246DSC 4227DSC 4238DSC 4283DSCN1494

 

                                                         

 

Il permet de revivre un siècle d'aventure humaine et technologique,

 

DSCN1488DSCN1487DSC 4213

DSCN1496DSC 4289DSC 4249
observer un authentique Mirage,
DSC 4285 Siège éjectable
DSC 4281L'Alouette

DSC 4253DSC 4260Moteur de Concorde DSC 4262

A300

DSC 4264DSC 4301DSC 4270

                                                                                                                                                                           

DSC 4273DSCN1499DSC 4276

un étage d'Ariane, 

DSC 4304

et redécouvrir les plus grands noms de l'aviation et du spatial.

Fruits de l'histoire du groupe SNECMA, ces moteurs racontent toute l'épopée de la conquête du ciel et de l'espace.

Dégustation des Produits du Terroir Seine-et-Marnais

DSC 4343DSC 4338

La Confrérie des Chevaliers du Brie de Melun, qui compte environ sept cents membres, a pour objet de grouper les professionnels du fromage, les restaurateurs, les gastronomes et toutes personnes désirant promouvoir le brie de Melun, préserver la qualité de sa fabrication et améliorer certaines espèces en voie de disparition.

DSC 4315DSC 4316DSC 4321

La tenue des Chevaliers, aux couleurs de la ville, se compose d'une robe rouge avec chasuble bleue, galonnée rouge et or. Une cape bleue avec capuche rouge complète le costume.

La Confrérie organise la propagande dans le cadre de coutumes et traditions folkloriques, conférences, dégustations...

DSC 4341

Sa devise : "Fidélité-Loyauté-Courtoisie". Son Saint-Patron : St-Aspais.

DSC 4337DSC 4325DSC 4334

Quelques chiffres :

L'Ile de France compte 115 agriculteurs producteurs de lait avec 6 800 vaches laitières, 1 500 chèvres laitières, pour 51 000 000 de litres de lait.

Industrie céréalière et meunière avec 1 milliard de baguettes, sachant que pour fabriquer 25 000 baguettes, il faut 1 ha de blé ;

Sucrière depuis Napoléon Ier ;

Colza depuis 20 ans surtout pour les biocarburants ;

Arboricole, maraîchère...

L'élevage représente  6 % du CA avec 30 000 bovins, 10 000 moutons ; 

Porc, volailles du Gâtinais, 30 000 chevaux (dont 9 000 dans les Yvelines) ;

Brasseries (au nombre de 5)...

DSC 4332DSC 4333

Saveurs Ile de France avec normes de qualité. Entreprises qui se conforment à l'environnement.

Etiquette verte : produits fabriqués en Ile de France avec matières premières d'Ile de France.

Etiquette bleue : produits fabriqués en Ile de France avec matières premières pouvant venir d'une autre région.

DSC 4323DSC 4324DSC 4328

 Dégustation de quelques fromages de Brie, du plus doux au plus fort :

Brillat-Savarin ou triple-crème, brie de Montereau, brie de Meaux et brie de Melun.

Le brie de Meaux au lait cru de vache, pèse environ 3 kg pour un diamètre de 37 cm, affinage de 4 à 8 semaines, production de 6 000 tonnes.

Le brie de Melun au lait cru de vache, pèse environ 1,8 kg pour un diamètre de 28 cm, affinage de 8 à 12 semaines, production de 255 tonnes.

Le brie de Melun est "marié" avec le vin de Gaillac depuis 1995.

Il faut 25 litres de lait pour fabriquer un brie de Meaux, 14 litres pour un brie de Melun, environ 5 litres pour un Coulommiers.

Sablés briards à base de jus de pomme ;

Chocolat avec compotée de pétales de coquelicot de Nemours ;

Le sucre d'orge, inventé par une religieuse, cousine de Jean de la Fontaine ; 

sans oublier pain d'épices, cidre, jus de pomme et bière locaux.

DSC 4329DSC 4339

Anecdote :

La confrérie du brie de Melun affirme haut et fort que le corbeau de La Fontaine tenait bien dans son bec un brie de Melun.

En effet, le poète, de passage à Vaux-le-Vicomte chez son ami Fouquet, le met à l'honneur dans sa célèbre fable "Le corbeau et le renard".

Les Melunais affirment que leur fromage correspond à la taille de celui que tient le corbeau. Le brie de Meaux, trop grand, serait tombé tout seul du bec du corbeau, sans la ruse du renard.

Promotion du brie de Melun face au brie de Meaux devant la Presse internationale :

"Nous vous accordons que votre fromage est deux fois millénaire, mais le corbeau tient dans son bec un brie de Melun." 

Musée de la Franc-Maçonnerie

Hôtel de Ville

Musée de la Franc-Maçonnerie

IMG 8748

DSC 3973

Issue des tailleurs de pierre écossais du XVIIe siècle, la Franc-Maçonnerie, organisation fraternelle avec près de six millions de membres dans le monde, est un ordre initiatique traditionnel et universel.

DSC 4008

Comte de Clermont, petit-fils de Louis XIV, élu Grand-Maître en 1737

Le musée présente trois siècles de documents retraçant l'implantation de l'Ordre en France, patrimoine maçonnique riche et varié :

DSCN1422DSC 3976DSCN1412IMG 8803

sceaux, médailles, tapis de loge, bannières, décors et bijoux d'officiers, outils symboliques, objets géométriques,

DSC 4010DSC 4011

DSC 4012

Pièce du "service aux 25 symboles", faïence de Moustiers

mais aussi des objets utiles aux pratiques festives comme des pièces de table ou à boire...,

DSC 4016DSC 4018DSC 4021

Tablier maçonnique de Voltaire

des tabliers historiques tels que celui porté par Voltaire, ou encore

IMG 8802l'épée ornée des symboles maçonniques de La Fayette,

DSC 4022

une réplique de la statue de la Liberté (message pour un monde meilleur) et un buste de Bartholdi, franc-maçon.

DSC 4007

Corto Maltese, franc-marin né du frère Hugo Pratt.

C'est aussi l'occasion  de découvrir le décor des temples et certains rituels qui accompagnent tenue et initiations. Les obligations sont les éléments du rituel durant lequel un candidat jure de respecter les règles de la fraternité, de garder les secrets de la Franc-Maçonnerie (tels que ne jamais dévoiler un frère de son vivant) et d'agir envers les autres conformément à la tradition et au droit maçonnique.

Le Grand Orient de France est une fédération de mille quarante-neuf loges, avec ses apprentis, ses compagnons et ses Maîtres, qui accueillent croyants et non-croyants et laisse à ses membres une totale liberté de conscience et de recherche.

"Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres."

DSC 3978DSCN1414DSC 3983

 

Temple Arthur Groussier

Le Temple est symboliquement orienté de l'ouest à l'est sur sa longueur, du nord au sud sur sa largeur, le plafond décoré comme une voûte céleste,

DSC 3996DSC 3998DSC 4000

Temple Joannis Corneloup

DSC 3999

le sol formé d'un pavé de mosaïque sur un rectangle central. Sur le mur oriental sont représentés un triangle isocèle "delta lumineux", un soleil et une lune nommés "luminaires".

DSC 4001

IMG 8768

Une corde à noeuds entoure le temple au-dessous du plafond, le long des murs est, nord et sud. Elle rappelle la chaîne d'union et comporte douze noeuds appelés "lacs d'amour" ; on y voit aussi équerres et compas.

Au pied du mur oriental, une estrade surélevée sur laquelle repose trois sièges et trois plateaux : le plus grand au milieu, face à l'occident, est celui du "Vénérable Maître", Président de la Loge. Au sud et au nord, se faisant face, le secrétaire et l'orateur. Au pied de l'estrade une pierre brute et une pierre taillée.

Les murs du nord et du midi reçoivent les sièges destinés aux autres Francs-Maçons.

De chaque côté de la porte d'entrée, située à l'occident, le pupitre du 1er surveillant côté nord et du 2e surveillant côté sud.

Expressions venant de pratiques maçonniques :

IMG 8787

"Boire un canon" : expression venant des loges maçonniques militaires. Ces derniers en portant des toasts claquaient leur verre sur la table en faisant le bruit du canon ; les verres avaient donc un double fond très épais pour éviter de les briser.

"Se faire blackbouler" : refus d'admission d'un membre, le vote se faisant avec des boules, et si le résultat montre qu'il y a plus de boules noires, la personne est refusée, on dit qu'elle est blackboulée.

DSC 3985

Saint-Exupéry a dit : "Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser tu m'enrichis."

 

Hôtel de Ville

IMG 8820

Avec une longueur de cent-dix mètres, large de quatre-vingt-cinq mètres et haut de quarante-huit mètres, l'Hôtel de Ville est le plus grand d'Europe. Situé sur l'ancienne place de Grève, les soixante-six mille m2 de cet édifice se découpent en plus de six-cents salles. Le bâtiment actuel, de style néo-Renaissance a été reconstruit à l'emplacement de l'ancien Hôtel de Ville incendié pendant la Commune en 1871. Il a été en son temps un terrain d'expérimentation pour les techniques de pointe de l'époque : le chauffage par ventilation, les ascenseurs hydrauliques, l'éclairage électrique et le téléphone. Deux-cents statues ornent la façade, représentant des personnalités du monde de l'art, des sciences ou de la politique, tous natifs de Paris.

DSC 4068DSC 4031DSC 4071

Les grands escaliers comprenant chacun cinquante marches de marbre blanc ont été copiés sur l'escalier du Sénat, qui lui, est simple. La République les voulant grandioses, ils desservent les deux extrémités de la salle des Fêtes et des salons.

DSCN1424DSCN1427DSCN1425DSC 4042DSC 4038DSC 4044

La salle des Fêtes,qui n'est pas sans rappeler la Galerie des Glaces du château de Versailles, mesure cinquante mètres de long et treize mètres de large. C'est la plus vaste des salles de réception et la plus richement décorée (la feuille d'or est à profusion), lustres en cristal de Baccarat (comme dans les autres salons), au plafond, peintures représentant l'histoire de la danse, de la musique,

DSCN1428le panneau central, la ville de Paris qui invite le monde à ses fêtes. Les provinces françaises sont illustrées sur les voussures, des caryatides dorées évoquent la musique, la comédie, les fleurs et les roses. La galerie Lobau qui longe la salle des Fêtes permettait aux spectateurs d'admirer les danseurs les jours de bal.

DSC 4049DSC 4047DSC 4048

DSCN1430

Le salon Bertrand recouvert de boiseries est un hommage à la vie rurale. A la fin du XIXe siècle, 80 % de la population vit de l'agriculture et la IIIe République voulait que tous les Français soient représentés dans l'Hôtel de Ville. On retrouve des peintures reproduisant des scènes de la vie à la campagne, et des sculptures en marbre représentant la vigne, la pêche, la chasse, la moisson...

DSC 4053DSC 4045DSC 4054

 

Le salon Jean-Paul Laurens est consacré à l'histoire de Paris. La grande peinture représente la formation du drapeau. Bailly, premier maire de Paris présente à Louis XVI les couleurs de la ville, le bleu et le rouge, associés aux couleurs du Roi, le blanc, trois jours après la prise de la bastille le 17 juillet 1789.

DSCN1441DSC 4061DSC 4059

 

Le salon des Arcades représente les sciences, les arts et les lettres sous forme de trois salons successifs séparés par des arcades

DSC 4063

et reliés par la galerie des métiers consacrée aux corporations parisiennes. 

DSC 4069

Les murs du salon Puvis de Chavannes représentent deux peintures monumentales, l'hiver et l'été.

IMG 8871

Les verrières de la galerie des Vitraux ornent les fenêtres des cours intérieures de l'Hôtel de Ville et représentent les différentes activités de la ville : commerce, travaux publics, sport, instruction, recherche...., mais aussi celles de l'Ancien Régime. 

DSC 4032DSCN1429DSC 4052DSC 4067DSCN1439DSC 4057
DSCN1437DSCN1442

 

Les ors de la République....

DSC 4072

Etienne Marcel, prévôt des marchands

Musée Curie - Institut du Radium

"Goûter feutré" des Maisons closes

Musée Curie

DSC 3947DSC 3946

Situé dans l'ancien laboratoire dirigé par Marie Curie de 1914 à 1934, le musée retrace les grandes étapes de l'histoire de la radioactivité et des premières utilisations des rayonnements dans le traitement des cancers.

 

C'est dans ce lieu qu'en 1934 Frédéric et Irène Joliot-Curie découvrirent la radioactivité artificielle.

DSC 3915

Des photographies et documents d'archives retracent la vie et l'oeuvre de "la famille aux 5 prix Nobel".

DSC 3941DSC 3926

C'est aussi l'occasion de visiter le bureau de Marie Curie

DSC 3948DSC 3949DSC 3942

et son laboratoire personnel de chimie conservés tels qu'ils étaient dans l'entre-deux-guerres.

DSC 3933Ce montage expérimental imaginé et mis au point par Pierre Curie en 1898, permettait de mesurer la radioactivité avec une très grande précision. Cet appareillage, restauré et remis en fonctionnement équipait les laboratoires de l'institut du Radium et a été utilisé pour l'enseignement jusqu'à la fin des 1960.

DSC 3953DSC 3954IMG 8119

Le Radium est un élément radioactif, mais il est beaucoup plus que ça ! Il est un symbole. Symbole des découvertes scientifiques majeures qui générèrent un immense élan d'enthousiasme, et qui purent faire croire que la science allait apporter la solution à tous les problèmes dont souffrait l'humanité. Symbole scientifique, mais aussi efficacité des "rayons" contre le cancer, symbole d'éternité (il ne perd que la moitié de son activité en 1620 ans), symbole de préciosité (il valait plus de dix fois le prix du diamant).

DSC 3935

Coffret plombé en acajou remis à Marie Curie par le Président américain en 1921, et réplique des dix tubes en verre de Thuringe de 0,27 mm d'épaisseur ayant contenu le gramme de radium.

DSC 3920DSC 3957DSC 3955 

Il devint un phénomène de société : il devait traiter et guérir tous les maux sous forme de potions, pommades... Les marchands du temple accolaient le mot magique aux apéritifs, cirage, lames de rasoirs, cigarettes, produits de beauté, littérature...

Lorsque Pierre Curie reçut le prix Nobel de physique en 1903, il conclut ainsi :

"On peut concevoir... que le Radium puisse devenir très dangereux et ici, on peut se demander si l'humanité a avantage à connaître les secrets de la nature, si elle est mûre pour en profiter ou si cette connaissance ne lui sera pas nuisible."

En effet, la seconde guerre mondiale se terminera par l'apocalypse nucléaire dont la mise en oeuvre découle directement des prolongements de la découverte du couple Curie de 1898.

"Goûter feutré" des Maisons closes

IMG 8146DSC 3971IMG 8150DSC 3966

En 1796, le Consulat ouvre des maisons de tolérance. La IIIe République est l'âge d'or des maisons closes qui font partie intégrante de la vie sociale. A Paris, on compte environ deux cents établissements officiels sous contrôle de la police et des médecins. C'est l'époque des maisons célèbres et luxueuses comme :

Le Chabanais,

11-537548l entree du chabanais 12 rue chabanais

ouvert en 1878, situé non loin du Palais Royal, fondé par Mme Kelly, était connu pour ses "chambres de fantaisie" : salle Pompéi, chambre japonaise, salon Louis XV, chambre eskimo, chambre pirate...

283772392997264347

Le Prince de Galles (futur Edouard VII), un habitué des lieux, prisait la chambre hindoue avec bains de champagne dans l'immense baignoire de cuivre rouge en forme de cygne.

49a5b31f934232e5515dd81d7711ddcd image document large featured borderless

Fréquenté par les membres du Jockey Club, le Chabanais accueillit de nombreuses personnalités. Cette maison qui comptait de 20 à 35 pensionnaires, était réservée au gotha international et faisait partie des rendez vous du Paris by night qu'organisait le service protocole de l'Elysée pour les chefs d'Etat en visite officielle. Sur l'agenda de ces derniers, cette "virée" était renseignée "visite au présidentdu Sénat" .

Le One Two Two,

DSC01516DSC01517Unknown

DSC01524

où l'on se rendait aussi bien pour dîner avec sa compagne que pour goûter au charme des "pensionnaires". Fréquenté également par la haute société, les invités pratiquaient "le voyage autour du monde" :

DSC01512

chambre hindoue,

chambre de torture du Moyen Age avec carcans, chaînes et fouets, chambre sleeping de l'Orient Express où l'on voyait défiler des paysages et l'on entendait le bruit du train,

DSC01513cabine de paquebot transatlantique avec vue sur l'océan,

DSC01522

chambre champêtre recouverte de paille, d'oeufs, de canards vivants, sabots, brouette...,

DSC01518

chambre corsaire et lit qui tangue avec le roulis, un mât qui traverse la pièce pour s'y attacher et des jets de paquets d'eau lancés par le personnel...

Le Sphinx,

sphinx exterior1475-10fraulein-france-romain-sardou-maison-close-paris-occupation-le-sphinx-vignette1

situé sur la rive gauche, et qui représentait l'Egypte. Les clients pouvaient s'y rendre avec leurs épouses.

La Fleur Blanche,

290px-Henri de Toulouse-Lautrec 012640px-Lautrec rue des moulins the medical inspection 1894

fréquentée par Toulouse-Lautrec.

 

 

AUX GLACES 1AUX GLACES 2Unknown-1

 

 

Dans ces maisons, on paie avec de la "monnaie de singe" qui est vendue à l'entrée de l'établissement.

Miss-Betty-36-Saint-Sulpice-004

Des insignes distinctifs permettaient de reconnaître ces maisons, telles qu'une lanterne rouge et la plaque du n° de la rue bien plus grande que ses voisines.

Une journée de prostituée : 

les-maisons-closes-parisiennes-des 5-diaporamaLautrec the ladies in the brothel dining-room 1893

A 10 h le matin, les pensionnaires descendent au salon pour y déjeuner, puis lisent le journal, tricotent, cousent ou s'occupent des enfants (les enfants nés dans ces maisons pouvaient rester jusqu'à l'âge de 4 ans).

Vers 15 h, elles remontent pour la toilette, maquillage et habillement (elles ne sont pas propriétaires de leurs vêtements qui leur sont loués par la maîtresse des lieux).

Puis elles redescendent pour le repas et les clients commencent à arriver. Elles les font boire...

Elles terminent leur travail vers 4 h du matin, lorsque le dernier client quitte l'établissement. Dans ces grandes maisons, elles "s'occupent" de quatre à cinq clients par jour.

Le recrutement :

Dans les gares : les provinciales qui arrivent à Paris pour y chercher un emploi, ce sont souvent des domestiques, paysannes ou ouvrières.

Dans des bureaux de recrutement.

Des mères viennent parfois présenter leurs filles.

Moyenne d'âge : 20 à 25 ans, rarement un mariage avec une personne fortunée, elles finissent souvent comme pierreuse des talus en plein air, la nuit, sur les fortifications.

Après leur recrutement, elles possèdent une carte professionnelle, visite médicale régulière, (car il est précisé qu'elle doit rendre le client en bon état à sa famille), inscrite dans le registre de la police (les filles de rues sont dites "en carte", et celles des maisons closes "à numéro").

Au XIXe siècle, la perversion est du côté des prostituées et non du client. Il est dit qu'elles sont immatures, instables, insouciantes, qu'elles ont un front fuyant, des mâchoires énormes, un nez anormal mais qu'elles sont bonnes, généreuses, solidaires, bonnes mères, bonnes nourrices et très pieuses !

Tous ces établissements durent fermer leur porte en 1946 lors de l'interdiction par la loi Marthe Richard (ancienne prostituée).

DSC 3971 - Version 2 

Musée d'Arts asiatiques Guimet

Musée Nissim de Camondo

Musée Guimet

De l'Inde à l'Asie du sud-est, de la Chine à l'Asie centrale, du Pakistan à l'Afghanistan, monde hymalayen, Corée ou Japon, ce Louvre de l'Asie, véritable centre de la connaissance des civilisations asiatiques, réunit cinq millénaires de collections, dans ce musée inauguré en 1889.

Sur plus de cinq mille m2, elles permettent de mieux comprendre les relations et les différences entre les diverses traditions artistiques de l'Asie.

DSC 3762DSC 3765DSCN1320DSCN1321

DSC 3775DSCN1323DSCN1324DSC 3780DSCN1325DSCN1328DSC 3791DSCN1332DSC 3794DSCN1343DSC 3807DSC 3814DSC 3815

 

 

DSCN1350DSC 3818

Des Buddhas de l'Afghanistan aux moines Zen du Japon, des tissus indiens aux armures des samouraïs, des trésors d'Angkor aux arts raffinés de la Chine, ce musée est le plus grand musée européen consacré aux arts asiatiques.

Musée Nissim de Camondo

DSC 3874

Issu d'une illustre et richissime famille de banquiers ayant fait fortune en Turquie, installé en France à la fin du Second Empire, le comte Moïse de Camondo (1860-1935) était l'homme de l'aristocratie juive parisienne. C'est en effet à Constantinople que les Camondo ont gagné leur surnom de "Rothschild de l'Orient", à savoir qu'Abraham Salomon Camondo était devenu au milieu du XIXe siècle le plus riche des 200 000 juifs que comptait alors l'Empire ottoman.

Abandonné par sa femme, inconsolé de la mort de son fils, Moïse de Camondo a consacré sa vie et sa fortune à reconstituer au coeur de la plaine Monceau une demeure aristocratique du XVIIIe siècle, laissant à la France le plus éclatant témoignage d'un monde disparu. Il en a laissé l'empreinte sur sa maison.

DSCN1358DSC 3840

DSC 3833DSCN1354DSC 3829

DSC 3831

Le rez-de-chaussée bas à demi-enterré au niveau du jardin afin de dissimuler les espaces de service, donne de plain-pied sur la cour d'entrée.

DSC 3841DSCN1357DSCN1371
DSC 3842DSCN1365DSC 3852
DSC 3864DSC 3856DSCN1374
DSCN1375DSCN1367DSCN1378DSCN1379DSC 3873

Le rez-de-chaussée haut est réservé aux appartements de réception qui donnent en partie sur la terrasse du jardin, tandis que le premier étage est celui des appartements privés de Moïse et ses enfants Nissim et Béatrice.

Selon sa volonté, les meubles et objets ont été conservés à leur emplacement d'origine. Le mobilier est signé des plus grands ébénistes du faubourg Saint-Antoine, tapis de la Savonnerie et tapisseries de Beauvais, salons lambrissés de boiseries anciennes, pièces d'orfèvrerie, bureau à cylindre par Oeben, services de table "de Buffon" en porcelaine de Sèvres dont tous les oiseaux diffèrent les uns des autres.

DSC 3849

Au contraire d'un musée classique, cette maison a toujours été habitée, car elle a une âme. Pour un peu, on croirait que les propriétaires sont sortis et qu'ils vont revenir.

Niki de Saint Phalle

DSC 3692

DSC 3694

Franco-américaine, aristocrate, esprit libre, artiste engagée, Niki de Saint Phalle possédait une énergie et une vitalité de création,

DSCN1295DSC 3677

comme ses premiers tableaux sous l'influence de Pollock,

DSC 3722DSC 3672DSC 3720DSC 3723

la série des Tirs (tableaux exécutés à coups de carabine) : "Je tirais parce que j'étais fascinée de voir le tableau saigner et mourir... Le tir se situe avant le mouvement de libération des femmes. C'était scandaleux de voir une jolie jeune femme tirant avec un fusil."

DSC 3682DSC 3691DSCN1301DSC 3685 

"De la provocation je passai à un monde plus intérieur, plus féminin. Je me suis mis à sculpter des mariées, des accouchements, des putains, ces rôles variés que les femmes ont dans la société."

DSC 3717DSC 3712DSC 3703DSC 3714

DSC 3705DSC 3716DSC 3709DSC 3698

"Après les Tirs, la colère était partie, mais restait la souffrance ; puis la souffrance est partie et je me suis retrouvée dans l'atelier à faire des créatures joyeuses à la gloire de la femme." Les Nanas, ces femmes plantureuses toutes en couleurs.

DSC 3746DSC 3737DSCN1316DSC 3755
DSC 3701DSCN1311DSC 3758 

Niki de Saint Phalle fut membre du groupe des Nouveaux Réalistes et a contribué à l'effervescence artistique des années 1960.

"J'ai eu de la chance de rencontrer l'art parce que j'avais, sur un plan psychique, tout ce qu'il fallait pour devenir une terroriste."

Crypte archéologique de Notre-Dame

Sainte Chapelle

Crypte archéologique de Notre-Dame

Située sous le parvis de Notre-Dame, la crypte présente des vestiges archéologiques découverts lors des fouilles réalisées entre 1965 et 1972. Elle offre un panorama unique sur l'évolution urbaine architecturale de l'île de la Cité, coeur historique de Paris.

DSC 3595DSC 3624

On peut y observer des éléments

de l'époque gallo-romaine tels que :

- un tronçon du mur du quai du port antique de Lutèce ;

- un établissement de bains publics gallo-romain dont il subsiste le système de chauffage hypocauste (fourneau souterrain pour chauffer les bains, les chambres) ;

une partie du mur d'enceinte du début du IVe siècle ;

du Moyen Age :

- le sous-sol de l'ancienne chapelle de l'Hôtel Dieu ;

- les fondations des maisons de la rue Neuve-Notre-Dame ;

du XVIIIe siècle :

- les fondations de l'Hospice des Enfants-Trouvés ;

du XIXe siècle :

- le tracé des égouts haussmanniens.

DSC 3596DSC 3607DSC 3610
DSC 3621DSC 3630DSC 3632
DSC 3634DSC 3635

Le passé antique, médiéval et classique revit.

Ranimant la mémoire d'un des plus anciens quartiers parisiens, la crypte montre comment la ville, depuis plus de deux mille ans, n'a cessé de se reconstruire sur elle-même.

 

 

Sainte Chapelle

DSC 3640

Joyau du gothique rayonnant, la Sainte Chapelle est édifiée selon la volonté de Saint-Louis pour y conserver les reliques de la Passion du Christ, achetées par le roi   à l'empereur Baudouin II, telles que la Couronne d'épines, un fragment de la Vraie Croix, une plume d'une aile de l'archange Saint-Michel,... exposées dans une châsse d'argent et de cuivre doré.

DSC 3639

La Sainte Chapelle est constiutée de deux étages de surface identique mais de hauteurs différentes. Le niveau supérieur, de plain-pied avec les appartements royaux, abrite les reliques et est réservé à la famille royale, tandis que le niveau inférieur, paroisse du Palais, est ouvert aux serviteurs du Roi.

DSC 3644DSC 3642
DSC 3649DSC 3650DSC 3655 

La chapelle basse, dédiée à la Vierge, avec ses six mètres soixante de hauteur et ses cent quarante chapiteaux, ressemble à une crypte.

DSC 3653

Fleurs de lys or sur fond bleu en relief sur les colonnes et châteaux de Castille or sur fond rouge en hommage à Blanche de Castille.

DSC 3657DSC 3663DSC 3658DSC 3662DSC 3668DSC 3664

La chapelle haute, à laquelle on accède par un étroit escalier à vis, est un émerveillement par ses dimensions et ses six-cents m2 de vitraux de quinze mètres de haut, éblouissants de beauté, retraçant des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, et qui dispensent une lumière colorée à dominante bleue et rouge.

 

Avis aux amateurs : la rosace devrait regagner sa place en décembre prochain.

 

Coulisses de la Tour Eiffel

Musée d'Art Moderne

Coulisses de la Tour Eiffel

DSC 3373DSC 3405DSC 3375 

Qui n'a jamais rêvé de découvrir la face cachée de la Tour Eiffel ? De passer dans l'envers du décor et découvrir des lieux singuliers tels l'ancien "bunker" dissimulé sous le Champ de Mars et la surprenante salle des machines d'origine qui contrôle toujours les ascenseurs ?

Construite en deux ans de 1887 à 1889, la Tour Eiffel devait en effet être démontée au bout de vingt ans !

DSC 3376

Gustave Eiffel réussit à sauver sa Tour en permettant la réalisation de nombreuses expériences scientifiques : météo, astronomie, physique, résistance de l'air,... et en la proposant comme support d'antenne monumentale au service de transmission sans fil.

DSC 3386DSC 3387 

1898 : premiers essais de télégraphie sans fil entre la Tour et le Panthéon (4 km).

1899 : les ondes franchissent la Manche.

DSC 3416

Mise en service de la machinerie d'ascenseur hydraulique.

1903 : Eiffel propose au capitaine Ferrié d'utiliser sa Tour pour ses expériences, ce qui permettra d'émettre et recevoir sur 400 km.

DSC 3385 DSC 3404 

1909 : la station souterraine de radiotélégraphie militaire est installée. La ville de Paris renouvelle la concession de Gustave Eiffel en 1910 ; la Tour Eiffel est alors sauvée.

1913 : la Tour envoie, par des ondes électriques, des dépêches vers l'Amérique ainsi qu'aux navires faisant la traversée, dans un rayon de 6000 km. 

1914 : lors de la bataille de la Marne, le poste radiotélégraphique de la Tour apprend que le général Von Marwitz, commandant l'aile droite de l'armée allemande, éprouvait des problèmes d'intendance et par conséquent stoppait son avancée. Cette information permit au commandement français d'organiser une contre-attaque victorieuse (épisode des taxis de la Marne). D'importants radiotélégrammes ennemis furent déchiffrés. Des espions furent démasqués, parmi lesquels Mata Hari.

1921 : un émetteur civil diffuse programmes de musique, chroniques,...

DSC 3396

1925 : un "Journal Parlé" est capté par les amateurs sur des postes à galènes.

1935 : un studio de télévision  est créé rue de Grenelle et l'émetteur de la Tour commence à fonctionner.

DSC 3402

1953 : grâce à l'émetteur de la Tour la télévision montre en direct les fêtes du couronnement de la Reine d'Angleterre, premiers pas de l'Eurovision.

1957 : installation de paraboles de diffusion en direct permettant d'assurer les liaisons de chaînes de télévision, ainsi que l'émetteur de radio à modulation de fréquence. La nouvelle antenne fait culminer la Tour à 320,75 m. de hauteur.

DSC 3406DSC 3409DSC 3411DSC 3412

 

1986 : restauration et automatisation de la machinerie d'ascenseur.

2000 : une nouvelle antenne Ultra Haute Fréquence passe la hauteur de la Tour Eiffel à 324 m.

DSC 3417                                           

Maintenance extérieure : trappe d'accès...

Montée au 2e étage            

DSC 3440

 

DSC 3422                      Paris à 360°DSC 3434

DSC 3437

DSC 3435DSC 3450

 

 

Musée d'Art Moderne

DSC 3478

Le Musée d'Art Moderne a été inauguré en 1961 dans l'aile Est du palais de Tokyo édifié à l'occasion de l'Exposition internationale de 1937. Ses collections, riches de plus de neuf mille oeuvres, illustre les grands courants de l'art du XXe siècle.

DSC 3479DSC 3481DSC 3482

Emerveillement devant la Fée Electricité : 250 panneaux en contreplaqué mesurant 2 m. de hauteur par 1,20 m. de largeur. Tableau de 624 m2 comprenant 110 personnages (Raoul Dufy 1936-1937).

DSC 3501

Surprise dans la salle Henri Matisse et devant sa "danse inachevée"...

DSC 3485DSC 3489DSC 3491DSC 3494

DSC 3500DSC 3497

...de découvrir "le festin" de Gilles Barbier, bombe atomique calorique.

"J'aime cette idée de ne jamais m'arrêter de travailler et d'offrir sur le long terme une construction plastique ne donnant aucun repos. C'est une façon de me consumer. La Table du Festin reprend cela. Abondance, grouillement, excès ; pas une ligne, pas un motif qui ne semble pouvoir arrêter le regard. En ce sens, Le Festin est un espace de dépense où le repos est interdit. C'est peut-être ça mon idée de la performance !"

Parcours des collections...

DSC 3505DSC 3519DSC 3523DSC 3526DSC 3529DSC 3539DSC 3533DSC 3535DSC 3542DSC 3546DSC 3565DSC 3551DSC 3530
DSC 3573DSC 3584DSC 3575

 

Vallée aux Loups

Arboretum

DSC 3306

Dédié à la botanique depuis sa création au XVIIIe siècle, l'arboretum abrite près de cinq cents expèces d'arbres et arbustes sur une surface de treize hectares.

Le pépiniériste Gustave Croux aménage le site en 1890. 

DSC 3168DSC 3177DSC 3331DSC 3213

Patrimoine paysager et horticole unique avec ses arbres centenaires dont trente-six arbres remarquables, et parmi eux, un cèdre bleu pleureur de 680 m2 de surface de ramure.

DSC 3178DSC 3317DSC 3185DSC 3186DSC 3318

Des jardins à thèmes y sont aménagés : jardin anglais, jardin de l'automne flamboyant, des fruits, des châtaigniers,

DSC 3343DSC 3289DSC 3304

des aulnes,

DSC 3335DSC 3341DSC 3334DSC 3342DSC 3305DSC 3307

place des grands arbres,...

Le désespoir du singe et Pneumatophores des cyprès chauves

DSC 3293DSC 3321

                                                      

DSC 3327DSC 3328DSC 3330 

Classé à l'inventaire des sites pittoresques, ce lieu enchanteur mêle aux jardins thématiques le charme de petits ponts, kiosque, fontaines, pavillon mauresque, grotte qui ont caractérisé l'art des jardins du XIXe siècle.

La gestion différenciée pratiquée à l'arboretum autorise à certains endroits moins de tontes, espaces verts traités de manière écologique, expression spontanée de la nature.

DSC 3291DSC 3165

Cette approche permet de créer une diversité d'habitats en conservant l'équilibre de la flore et de la faune. Les résidus de fauche sont mis en meule, bon refuge hivernal pour les hérissons, reptiles et insectes, et zone de chasse pour certains oiseaux. L'installation de ruches permet aux abeilles de prospérer.

 

Maison et parc de Chateaubriand

DSC 3348

Chateaubriand vécut à la Vallée aux Loups de 1807 à 1817. Sa maison et le parc aménagé par ses soins gardent son empreinte.

DSC 3350DSC 3351DSC 3354

Décorée dans le goût du début du XIXe siècle, la Maison, qui accueillit Juliette Récamier, évoque la vie et la carrière littéraire de l'auteur, mais aussi les propriétaires qui lui succédèrent : Mathieu de Montmorency, les La Rochefoucauld et le docteur Le Savoureux. Nous avons pu admirer l'exposition "Portraits de l'époque romantique. Une passion de collectionneur". Illustres ou anonymes, des contemporains de Chateaubriand s'invitent pour quelques mois. La bonne société de l'époque se montre ici dans ses plus beaux atours.

Chateaubriand, victime de la censure impériale, s'offrit une modeste demeure située dans une vallée verdoyante. C'est le souvenir de cette acquisition que l'écrivain évoque à la première page des Mémoires d'outre-tombe : "Il y a quatre ans qu'à mon retour de la Terre Sainte j'achetai, près du hameau d'Haulnay, dans le voisinage de Sceaux et de Chatenay, une maison de jardinier, cachée parmi les collines couvertes de bois. Le terrain inégal et sablonneux descendant de cette maison, n'était qu'un verger sauvage au bout duquel se trouvait une ravine et un taillis de châtaigniers. Cet étroit espace me parut propre à renfermer mes longues espérances".

Pendant dix ans il transforme cette demeure en ermitage romantique.

DSC 3353

"Je fis quelques additions à ma chaumière, j'embellis sa muraille de briques d'un portique soutenu par deux colonnes de marbre blanc : je me souvenais d'avoir passé par Athènes. Mon projet était d'ajouter une tour ; en attendant, je simulais des créneaux sur le mur qui me séparait du chemin ; je précédais ainsi la manie du Moyen Age qui nous hébète aujourd'hui".

Il introduit également le style troubadour en France en installant des fenêtres gothiques. A l'intérieur de la maison, la principale transformation fut l'escalier à double volée conçu "pour y mettre des fleurs".

DSC 3366DSC 3368

C'est dans la tour Velleda au fond du parc que Chateaubriand écrivit l'itinéraire de Paris à Jérusalemles martyrs, les aventures du dernier des Abencerage, Moïse, et surtout les premiers chapitres des mémoires d'outre-tombe.

Suite à des difficultés financières, il vendit sa chère Vallée acquise par Mathieu de Montmorency.

"La Vallée aux Loups, de toutes les choses qui me sont échappées, est la seule que je regrette". Chateaubriand y reviendra à partir de 1826 rendre visite à Madame Récamier alors locataire des lieux.

Indissociable de la maison de Chateaubriand, le parc qui l'entoure offre une diversité paysagère associant parc romantique, prairie et sous-bois.

DSC 3357

 

DSC 3359

L'écrivain porta une attention particulière à son parc et planta lui-même des espèces lui rappelant ses souvenirs de voyages : cèdre du Liban, platane de Grèce, cyprès chauve de Louisiane, tulipier, catalpa,...

"J'allais muni d'une paire de sabots, planter mes arbres dans la boue, passer et repasser dans les mêmes allées, me cacher partout où il y avait une broussaille, me représentant ce que serait mon parc dans l'avenir".

"Je les connais tous par leurs noms, comme mes enfants, c'est ma famille, je n'en ai pas d'autre" écrivait Chateaubriand en parlant de ses arbres dans ses Mémoires d'outre-tombe.